Ruralité / 16.01.2017

Le rural en lutte #1 : La machine sociale

Bouleversements climatiques, déprise agricole, sentiment d’abandon : ces nombreux défis posés aux territoires ruraux sont relevés par des communes soutenues par des acteurs locaux qui entreprennent et innovent. Ce sont ces expériences positives glanées en Bourgogne Franche-Comté que je vous propose de partager. Journal de lutte rurale : premier épisode.

Découverte de l’imprimante 3D au Fab-lab comtois (crédit FabLab Net-Iki)

bâtiment paysan en ruine
les communes francaises

Il y a quelques années, j’étais en reconnaissance sur une commune de Saône et Loire. Un territoire de bocages typique : vallons et dentelles de haies à perte de vue, chapelets de fermes-écarts…L’adjoint au maire qui me conduisait stoppe son véhicule devant les bacs de tri des déchets et me glisse : ici, c’est le lieu de rencontre de la commune. A la lumière de ce constat cruel, il est urgent de redéfinir l’espace du social en milieu rural. C’est aussi une question d’égalité des territoires : en ville, tout espace extérieur, investi ou délaissé, est un espace social en devenir. A la campagne, là où l’espace se distend, le lien social ne peut germer qu’à la convergence des besoins de chacun : sur la place du marché, ou l’on venait se ravitailler ; dans les locaux communaux, où se faisaient les fêtes de village. Las, le marché n’est plus et les célébrations ont disparu. Dès lors, quel intérêt de dépenser plusieurs centaines de milliers d’euros pour une place vide ou pour une salle louée quelques jours par an ?

La convergence des besoins de chacun : voilà la clé. Nos préoccupations contemporaines sont à la racine du renouveau. A la campagne, le besoin délaisse le temps consacré à sortir et consommer, car un sou est un sou et le budget voiture est accaparé par les déplacements essentiels : travailler, emmener les enfants à l’école. De même pour les outils qui facilitent le quotidien : réparer plutôt que changer et ne racheter que ce qui ne peut être refait. Une éthique de la frugalité issue du passé, du temps des forges de village, qu’il convient de transmettre aux enfants sans quoi ils s’épuiseront dans un modèle de vie urbain et partiront. Heureusement, la couverture numérique est correcte et donne l’ouverture sur le monde.

Il y a six ans, dans un petit village du jura, l’idée a germé qu’il était possible de mettre en commun savoir-faire et savoir être dans un foyer collectif équipé d’ordinateurs et de machine permettant de faire, reproduire, archiver, apprendre, comprendre. Partager. L’expérience américaine des « FabLab » n’était encore qu’une affaire d’initiés et pourtant, c’est dans la campagne du jura, à Biarne (39), que le premier FabLab de France est né. Six ans plus tard, le FabLab Comtois a essaimé, un réseau est né, la population de Biarne a crû de 25%, de nouvelles compétences sont nées autour du numérique et des réseaux alternatifs se sont créés entre particuliers experts et entreprises. De nouveaux espaces sont nés : des espaces où l’on fabrique, ou l’on apprend et où l’on se rencontre, qui ne sont ni des lieux d’enseignement, ni des entreprises et ni des logements. Des lieux de la troisième voie, celle des tiers lieux ouverts, solidaires et collectifs.

Pour aller plus loin :

FabLab de Bourgogne Franche Comté

Commenter

Ajouter votre commentaire

(requis)

(requis)

Une idée ? Une question ? Un projet ?

Contact